Pour que Bruxelles ne devienne pas la capitale de l’antisémitisme !

Ce dimanche 4 mai devrait se tenir quelque part à Bruxelles, dans un lieu volontairement non divulgé par ses organisateurs, le « 1er Congrès européen de la dissidence », sorte de foire du livre avec la participation de Dieudonné M’bala M’bala, du député fédéral Laurent Louis et de divers auteurs français dont certains ont fait l’objet de condamnations du chef de racisme et/ou d’antisémitisme.

Hier déjà, la Ligue Belge contre l’Antisémitisme (LBCA) appelait l’ensemble des bourgmestres de Bruxelles à agir en vue de l’interdiction « du pire rassemblement d’auteurs, de théoriciens et de propagandistes antisémites que notre pays aura connu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ».

A l’occasion d’une conférence de presse tenue ce mercredi matin, en présence de Joël Rubinfeld, président de la Ligue, Vincent De Wolf, bourgmestre d’Etterbeek et chef de groupe MR au Parlement bruxellois, Viviane Teitelbaum et Jacques Brotchi, députés bruxellois, ont appelé à l’interdiction de ce Congrès sur l’ensemble de la Région bruxelloise par l’intervention immédiate du Gouverneur de l’arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale.

Pour Vincent De Wolf, « les informations dont nous disposons laissent craindre, de manière plus que vraisemblable, que l'événement en question portera atteinte aux lois de 1981 contre le racisme et la xénophobie et de 1995 contre le négationnisme. Il tient de l'obligation morale et juridique de toute autorité publique d'empêcher que semblables événements puissent se tenir, ce d'autant plus, qu’il est à craindre un risque sérieux pour l’ordre public. »

En qualité de bourgmestre, Vincent De Wolf a contacté, ce jour, le Gouverneur f.f. de Bruxelles sollicitant solennellement et juridiquement son intervention afin qu’un arrêté de police soit pris afin d’interdire sur l’ensemble du territoire des 19 communes bruxelloise la tenue de ce « Congrès », ce que la loi rend parfaitement possible.

En effet, « il y a lieu de contrecarrer la volonté des organisateurs d’empêcher les autorités publiques compétentes, au premier rang desquelles les communes, de prendre les mesures de police administrative qui s’imposent, par la dissimulation volontaire du lieu de cet événement, jusqu’au dernier moment », estime Vincent De Wolf.

Auteure du livre « Salomon, vous êtes juif !? » qui propose une réflexion sur l’antisémitisme en Belgique, la député bruxelloise Viviane Teitelbaum a tenu à rappeler que « ce 1er Congrès européen de la Dissidence constitue une violation des lois de 1981 sur le racisme et l'antisémitisme, mais aussi de la loi de 1995 sur le négationnisme, et ce d'autant qu'y participent des antisémites notoires qui tiennent régulièrement des propos négationnistes et nazifiant vis-à-vis d'Israël. L'antisémitisme n'est pas une opinion mais un délit ! Celui-ci a existé de tous temps sous différentes formes, mais depuis le tournant du siècle, la parole antisémite s'est libérée, et c'est plus qu'inquiétant. Le politique ne peut pas toujours condamner mais il a le devoir de réagir !" ».

Quant à lui, le député bruxellois et sénateur Jacques Brotchi s’est également ému de voir un tel rassemblement être organisé à Bruxelles. « Ma vie a été marquée par un combat pour la tolérance, le respect et le mieux-vivre-ensemble. Enfant caché juif, ayant perdu une grande partie de ma famille durant la dernière guerre mondiale, tout simplement car ils étaient Juifs, je ne puis accepter aucune attitude, aucun geste antisémite, aucune parole négationniste, aucune remise en cause de la Shoah. Les personnes concernées par le 1er Congrès européen de la dissidence, dont Laurent Louis et Dieudonné M'bala M'bala, sont notoirement connus pour leurs opinions antisémites, racistes et homophobes. Ils n'ont pas leur place dans notre société ! »
blog comments powered by Disqus