Opérations bariatriques: enfin des numéros de nomenclature

5 codes de la nomenclature sont désormais prévus pour les opérations bariatriques.

Jusqu’à présent les opérations bariatriques ne portaient pas de numéro de nomenclature spécifique. «L’intervention était remboursée mais le cerclage et autres matériaux ne l’étaient pas: les patients devaient donc parfois débourser jusqu’à 2.000 euros. Or, il est acquis que ce sont les personnes les moins nanties qui sont le plus souvent atteintes d’obésité… De plus, ce système bancal mettait en danger la santé de nos patients puisque aucun critère d’IMC (indice de masse corporelle) n’était prévu pour définir qui peut avoir recours à une telle opération», explique le sénateur Brotchi qui avait interpellé en juin 2006 le ministre Demotte à ce sujet.

Dorénavant, les prestations médicales (5 codes sont prévus) et le matériel y afférent seront remboursés dès lors que le patient répond aux critères définis: patients ayant un indice de masse corporelle supérieur à 40, âgés entre 18 et 60 ans et qui ont suivi un régime pendant au moins 1 an bien documenté sans obtenir de résultat stable.

Le Pr Jacques Brotchi estime que les critères définis sont trop restrictifs: ils devraient également inclure les patients ayant un IMC situé entre 35 et 40 et dont l’obésité s’accompagne de co-morbidités car ces patients voient leur espérance de vie fortement réduite. Le sénateur Brotchi, qui se réjouit néanmoins de la création de numéros de nomenclature pour les patients obèses, compte attirer l’attention du prochain ministre de la Santé sur cette problématique. Rappelons que l’Absym s’était élevée contre la fixation d’une limite d’âge pour le remboursement de la chirurgie bariatrique. «Nous nous opposons farouchement à ce qu’on applique une limitation au niveau de l’âge dans les réglementations. Le rationnement lié à l’âge est le plus inacceptable. C’est dire aux patients âgés qu’ils ne comptent plus», déclarait récemment Roland Lemye (Jdm n°1875 et 1860).

(article publié dans Le journal du Médecin 18 décembre 2007)
Comments

Brotchi et le Registre, ensemble contre le cancer

La Fondation Registre du Cancer avait été surprise des critiques formulées par le Pr Brotchi à l’égard du fonctionnement du registre du cancer (lire Jdm n°1874). Le sénateur MR a rencontré les responsables de la fondation. Ils ont décidé d’unir leurs compétences.

A l’initiative du sénateur Jacques Brotchi, La Fondation Registre du Cancer a été reçue jeudi dernier au Sénat afin d’éclaircir les malentendus autour de la proposition de loi instituant une Commission fédérale d’analyse et d’évaluation du cancer en Belgique (lire Jdm n°1874 et 1876). Le but de cette proposition n’est en effet pas de créer un «bidule de plus», comme le craignait le Dr Van Campenhoudt, directeur médical des cliniques de l’Europe, mais au contraire d’encourager les avancées déjà mises en place, notamment en assurant un meilleur financement de la Fondation Registre du cancer (lire Jdm n°1874 et 1877). «Le Registre du Cancer est très satisfait de cette rencontre qui lui a permis d’exposer au sénateur Brotchi certaines difficultés que le registre rencontre encore, telle que l’absence de financement structurel, qui entraîne pour le registre de fastidieuses contraintes administratives, explique le Dr Françoise Renard, directeur-adjoint de l’institution. D’autres problèmes ont été soulevés. Ainsi, il faut remédier à l’absence de statut légal de la Commission de coordination du registre. Des normes pour la reconnaissance des laboratoires de pathologie, (décrivant notamment les modalités d’enregistrement du cancer au sein de ces laboratoires) devraient également être adoptées. Enfin, pour fonctionner encore plus efficacement, le registre devrait recevoir l’autorisation de coupler les données qu’elle récolte concernant le cancer avec les statistiques de mortalité.»

Entre gens de bonne volonté

La réunion s’est terminée sur une note positive: le sénateur Brotchi et la Fondation ont convenu de travailler de concert à toutes initiatives parlementaires visant à endiguer le cancer en Belgique.

(article publié dans Le journal du Médecin 14 décembre 2007)
Comments