Le MR veut un examen d'entrée en médecine

On ne peut pas rester sans rien faire. Il en va de la qualité de la formation des médecins et donc des soins délivrés aux patients. » Après avoir interpellé le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS), le sénateur de Communauté Jacques Brotchi (MR, opposition) passe à la vitesse supérieure : avec sa cheffe de groupe Françoise Bertieaux, il vient de déposer une proposition de décret relatif aux études de médecine et de dentisterie, demandant l'organisation d'un examen d'entrée et d'une année propédeutique proposée à tout étudiant ayant échoué à l'examen et néanmoins désireux de s'inscrire dans cette filière.

Selon Brotchi, cet examen devrait être mis sur pied dès la rentrée prochaine : « La surpopulation dans les auditoires menace la qualité de l'enseignement ». Il rappelle que les inscriptions ont plus que triplé en dix ans, pour dépasser les 3.000 lors de la dernière année académique, « quand notre système d'enseignement est prêt à accueillir environ 1.500 jeunes ». Et si, à la limite, « on peut dédoubler les auditoires et engager du personnel pour encadrer les cours théoriques, il n'est pas possible de doubler ou tripler le nombre de maîtres de stage, de services de stage et… le nombre de malades. La vraie médecine s'apprend au lit du malade, pas dans les livres. »
blogEntryTopperLire la suite de ce billet...
Comments

Proposition de décret (PCF) instaurant un examen d'entrée dans les facultés de médecine

Ce 18 février, j’ai déposé à la Communauté française une proposition de décret instaurant un examen d'entrée dans les facultés de médecine.

Extrait des motivations de ma proposition :

"... Lors de cette rentrée académique 2010, c’est un véritable appel à l’aide qu’ont lancé les Doyens de Facultés de Médecine : la surpopulation dans les auditoires menace la qualité de l’enseignement.

Les chiffres sont parlants :

En effet, si on comptait 935 inscrits en 1ère année de Baccalauréat en 2000-2001, ce chiffre n’a cessé d’augmenter. Ils étaient 2.480 en 2009-2010, et plus de  3.300 en 2010-2011. Pour un quota fédéral de 492 médecins francophones en 2017 !!! De plus, si les études de médecine sont ramenées de 7 à 6 ans dans les mois prochains (ce qui arrivera dès que nous aurons nouveau un gouvernement fédéral), le nombre de diplômés en 2017 sera double !

Or, un concours à l’entrée des études de médecine ne serait pas une bonne décision,car il serait totalement arbitraire. Mais, dans nos décisions, nous devons être conscients qu’un numerus clausus fédéral (quotas) existe et il faut en tenir compte lorsque nous permettons à de très nombreux étudiants de s’inscrire dans nos Facultés de Médecine. Il est en effet irresponsable de les laisser s’engager dans une filière sans la garantie d’un minimum de débouchés professionnels limités par le nombre de numéros INAMI octroyés et surtout la garantie d’une formation de qualité que la pléthore d’étudiants inscrits ces deux dernières années ne permet plus.Lire la suite de ce billet...
Comments