Profond malaise au Parlement régional bruxellois suite à la publication d'une affiche antisémite

Ce 8 mars 2013, j'ai vécu un événement épouvantable et scandaleux au Parlement régional bruxellois. Mon collègue Alain Destexhe interpellait la ministre CDH Céline Fremault au sujet d'une affiche antisémite publiée par la section socialiste de Molenbeek et annonçant un débat sur le sionisme. La ministre a relativement bien répondu mais le PS, par l'entremise de son chef de groupe Rudy Vervoort, a tout fait pour empêcher Alain Destexhe de parler, relayé par plusieurs députés PS. Ce que j'ai vécu m'a traumatisé et j'ai dû sortir, ne supportant pas les cris et injures du PS vis-à-vis d'Alain Destexhe, qui a eu le courage de dire la vérité. Dans une société démocratique, dans un Etat de droit, ce comportement est inadmissible et intolérable. Vraiment, j'ai été profondément choqué par ce que j'ai vécu cet après-midi au parlement bruxellois.
Comments

150 meurtres par an seraient ignorés en Belgique : il y a urgence à revaloriser la médecine légale !

Ce 7 mars 2013, en séance plénière du Sénat, le Sénateur MR Jacques Brotchi interpellait la Ministre de la Justice sur la situation catastrophique de la médecine légale en Belgique.

Certains experts avancent des chiffres particulièrement inquiétants : un meurtre sur deux ne serait jamais découvert en Belgique. Cela signifie que pas moins de 150 meurtres par an passeraient complètement inaperçus ! Un chiffre qu’il est évidemment difficile de vérifier en l’état actuel des choses, précise Jacques Brotchi, mais qui peut s’expliquer et qui est confirmé par plusieurs experts.

J’ai récemment participé à un colloque consacré à l’état des lieux de la médecine légale en Belgique. Il ressort des déclarations des intervenants que la gestion actuelle du secteur de la médecine légale a pour conséquence désastreurse que plusieurs dizaines de corps sont enterrés ou incinérés chaque année sans qu'on n'ait réussi à déterminer s'il s'agissait ou non de meurtres. Ce n’est pas acceptable !

Cela est dû au fait qu’en Belgique, à peine un pour cent des décès font l’objet d’une autopsie. Or ce n'est qu'en pratiquant davantage d'autopsies que l'on peut éclaircir les causes de la mort. A l’étranger, le pourcentage d’autopsies est largement supérieur à ce qui se pratique dans notre pays. Pourquoi la Belgique est-elle autant à la traîne ? Pour Jacques Brotchi, de nombreux problèmes sont en cause, notamment celui du financement de la médecine légale.

La situation est à ce point déplorable que les médecins légistes redoutent une probable disparition de leur métier. Notre pays compte à peine une vingtaine de médecins légistes actifs et une moitié d'entre eux partira à la pension d'ici dix à vingt ans. Du côté de la jeune génération, l’avenir ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices et les aspirants médecins légistes se découragent. Il y a donc urgence à revaloriser la médecine légale.

Les autorités ne peuvent ignorer le problème plus longtemps ! tonne Jacques Brotchi. Le Collège des procureurs généraux a lui-même adressé une lettre à la Ministre de la Justice, le 5 décembre dernier, pour signaler l'ampleur du désastre.

Jacques Brotchi ne cache pas son intérêt et sa préoccupation pour cette question. Il a déposé de longue date une proposition de loi visant à revaloriser la médecine légale et il se dit interpellé, tracassé et angoissé par la situation actuelle. Dans un État de droit comme le nôtre, il est inadmissible qu'autant de meurtres restent impunis. Il faut réagir !
Comments