Une prodigieuse décade d'innovations dans le secteur des soins de santé

Dans son édition du 27 octobre dernier, Paris Match me consacrait une longue interview. L'occasion pour moi de revenir sur une prodigieuse décade d'innovations (décryptage du génome, développement de l'imagerie médicale, découverte des cellules souches et de leur utilité dans la réactivation des fonctions du corps humain, etc.) qui ont bouleversé le secteur médical, avec des bienfaits considérables pour la santé des patients.

Télécharger/Lire l'article complet !
blogEntryTopper
Comments

La stérilisation des biberons, quel danger pour les nouveaux-nés ?

Le Sénateur Jacques Brotchi a interpellé la Ministre Laurette Onkelinx sur la stérilisation des biberons jetables dans les maternités selon un procédé qui repose sur l’oxyde d’éthylène (ETO), un gaz certifié cancérogène.

Pour rappel, la semaine dernière, Xavier Bertrand, Ministre français de la Santé a demandé en application du principe de précaution le retrait de biberons et tétines fabriqués, notamment, en Belgique et utilisés dans les maternités françaises et belges.

Depuis 1998, ce gaz est en effet interdit par la législation européenne lorsqu’il est utilisé sur des matériaux en contact avec l’alimentation.

Cependant, il semblerait que le statut des biberons et tétines se définissent, dans ce cas précis, comme matériel médical (et non alimentaire) et tombent ainsi sous une autre législation.

En outre, la Ministre confirmait que le retrait de ces biberons et tétines est pour ainsi dire impossible en Belgique à cause du quasi monopole de l’entreprise concernée : celle-ci fournit aux hôpitaux belges plus de 20 millions de biberons à usage unique par an, ainsi que du matériel médical destiné à l’alimentation.

En cas de retrait immédiat, la Belgique pourrait donc se retrouver en rupture de stock dans les 48 heures.

Afin de vérifier la dangerosité du procédé, Laurette Onkelinx a lancé une demande d’avis au Conseil supérieur de la Santé et attend leurs résultats. En outre, ses services ont également été prélevés des échantillons de produits pour vérifier leur conformité aux normes. Les résultats sont attendus début de semaine prochaine.blogEntryTopper
Comments

GSM : Les normes de rayonnement imposées par la Région bruxelloise sont-elles problématiques?

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue à Lyon du 24 au 31 mai 2011 et réunissant 31 scientifiques issus de 14 pays, qu'il considère les champs électromagnétiques des téléphones portables comme des "cancérogènes possibles pour l'homme" classés en catégorie 2B au côté de 266 autres éléments.

Cette réévaluation du risque potentiel associé aux champs électromagnétiques concerne en particulier les gliomes, des tumeurs cérébrales cancéreuses associées à l'usage des téléphones sans fil, précise le CIRC. Concrètement, les chercheurs estiment qu'il existe des preuves limitées de lien entre l'usage des téléphones portables et l'occurrence de gliomes ou de neurinomes acoustiques.

Sans surprise, cette nouvelle évaluation suscite de nombreuses réactions. Cela étant, force est de constater qu'en l'état des données scientifiques acquises, le lien entre cancer et ondes radio n'est toujours pas démontré. Aucun danger n'est donc formellement établi, mais des incertitudes demeurent et les recherches doivent se poursuivre.
blogEntryTopperLire la suite de ce billet...
Comments

Journée mondiale de lutte contre le diabète : Où en est-on en Belgique ?

Comme chaque année à la même date, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le diabète, le Sénateur Jacques Brotchi interrogeait la Ministre de la Santé, Madame Onkelinx, sur cette épidémie qui touche 1 Belge sur 12, soit près de 550.000 personnes.

Le diabète est un enjeu majeur de notre société. En une décennie, le nombre de personnes diabétiques a explosé et plus précisément triplé. Il touchera bientôt près d’un belge sur dix.

Pour lutter contre cette maladie (et spécialement pour le diabète de type II), la prévention est primordiale, notamment en matière d’alimentation et d’hygiène de vie. C’est pourquoi, une collaboration active entre le Fédéral et la Communauté française serait souhaitable. Malheureusement à l’heure actuelle, cette collaboration balbutie.

En outre, l’instauration d’un enregistrement systématique des diabétiques est essentiel afin de mieux comprendre et dépister à temps le diabète de type I. Cet enregistrement serait également très utile pour établir des statistiques fiables qui sont nécessaires à l’étude de la maladie et son évolution. Cela permettrait, par exemple, de compter le nombre de nouveaux patients et de pouvoir rechercher des substances sanguines (marqueurs) qui permettraient d’améliorer le traitement.

Enfin, de nombreux patients diabétiques sont victimes de discriminations face aux assurances. Ceux-ci doivent payer des montants forfaitaires exorbitants pour être assurés convenablement. Cela n’a aucun sens ! Un patient bien traité est souvent en meilleure santé qu’un citoyen « ordinaire ». Nous en parlons depuis 2007 et aujourd’hui, il est temps d’agir.
blogEntryTopper
Comments